À propos de moi

cropped-dsc025741.jpg

Je suis né le 6 novembre 1996 à Alger, en Algérie.
Je suis le premier écrivain algérien dans le genre de la fantasy et l’un des plus jeunes écrivains algériens en général (j’ai publié mon premier roman à l’âge de 16 ans).
Très jeune (dès l’âge de 11 ans), j’ai montré un certain intérêt pour l’écriture, sans doute inspiré par mon grand-père, Kaddour M’Hamsadji, lui aussi écrivain.
C’est vers cet âge-là que j’entame l’écriture de ce qui deviendra mon premier roman : « La Proie des Mondes ». C’est le premier tome de la trilogie « Le Lien des Temps », mêlant fantasy, fantastique, science-fiction et réalisme magique.
Je l’ai dédicacé pour la première fois lors du 18ème Salon International du Livre d’Alger.1798579_10201725956018668_2020187978_n
J’ai étudié au Lycée Cheikh Bouamama (ex-Descartes) d’Alger où j’ai obtenu en 2014 mon baccalauréat scientifique. Je me suis ensuite envolé pour Lyon, où j’étudie la science-politique et l’anglais.
Mes sources d’inspiration pour mon écriture sont : J.K. Rowling (auteure de la saga « Harry Potter »), Alexandre Dumas (auteur entre autres de « Les Trois Mousquetaires »), Georges R.R. Martin (auteur de la saga « Le Trône de Fer »), Dan Brown (auteur entre autres du « Da Vinci Code ») et Ken Follett (auteur entre autres de « Les Piliers de la Terre »).
Mes lectures sont très éclectiques. J’apprécie la littérature algérienne classique (Mohamed Dib, Mouloud Mammeri, Kateb Yacine, Kaddour M’Hamsadji…), française (en tête : Victor Hugo, Alexandre Dumas, Jean-Paul Sartre et Albert Camus), britannique (Shakespeare, Jane Austen, Oscar Wilde), russe (Tolstoï, Dostoïevski et Tchékov), américaine (Faulkner, Fitzgerald et Hemingway) et tant d’autres…

Le Salon International du Livre d’Alger nous aura réservé de belles surprises en 2013. Parmi elles, Anys Mezzaour, 17 ans, des mots plein la tête nous a raconté ses histoires. La sienne, celle d’un écrivain surdoué, et celle de son livre, fantastique et unique…

Algérie Focus

Aussi, Anys a-t-il le langage et l’écriture des jeunes, c’est-à-dire un style direct, truculent, sans fioriture inutile, souvent impliquant une merveilleuse didactique et soutenu par un irrésistible suspense jusqu’à la dernière ligne du récit.

El Moudjahid

En 2014, j’ai été co-récipiendaire du Prix L’ivrEscQ du jeune écrivain algérien.maxresdefault
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s